Rechercher
  • PL-FR

PLVD - Flash info : la position d'Olivier Français quant aux éoliennes mérite une grande attention !

Trois personnalités sont en compétition pour les deux sièges vaudois au Conseil des Etats.

L’ingénieur Jean-Marc Chappalaz s’est récemment assuré de leur position quant aux projets éoliens vaudois (voir document attaché) :

Adèle Thorens (conseillère nationale les Verts.e.s) avait déjà répondu auparavant qu’elle soutenait l’éolien industriel http://www.adelethorens.ch/ elle n’a pas jugé nécessaire de répondre à ce jour.

Ada Marra (conseillère nationale PS) https://ps-lausanne.ch/ada-marra/ n’a pas répondu non plus. Mais pas de quoi s’étonner sachant que le PS n’a pas une seule fois utilisé de mot « éolienne » dans sa campagne politique alors que dans le terrain il soutient bec et ongles cette énergie impopulaire, comme à Lausanne pour le parc EolJorat-sud au Chalet-à-Gobet *.

Olivier Français (déjà conseiller aux Etats PLR) https://www.olivier-francais.ch/accueil/ a fait la réponse qui vaut le détour et que nous publions avec son autorisation formelle :

« Pour ma part je soutiens l’aide à l’investissement des énergies renouvelables, mais pas sur tous les fronts et sur la base du principe que l’entretien et le renouvellement de l’installation doit être financièrement garantie sur le long terme.

En ce qui concerne l’éolien, je partage certaines de vos remarques et je doute de la pertinence de certains qui prônent cette technologie pour se substituer au nucléaire et à l’importation d’énergie étrangère. 

Je constate tout comme vous que les mesures de vent ont pu démontrer que des sites prévus n’étaient pas adéquats et que de nombreux sites proposés ont un impact visuel inacceptable. C’est le cas à Mauvernay dans les hauts de Lausanne (Chalet à Gobet et Montheron).

Bref, je prône l’énergie photovoltaïque avec l’appui formel de mon parti et j’ai obtenu le soutien du Conseil des Etats à la quasi-unanimité pour que d’ici 12 années les bâtiments de l’administration fédérale soient autonome électriquement : besoin de 66Mw c’est 40 millions par années d’investissement en prenant des paramètres de dimensionnement prudents. Une mesure concrète et pas que des mots et taxes. »

Commentaire entier de J.-M. Chappalaz

13 vues

©2019 by Paysage Libre Fribourg